Le dispositif de manière générale

Le dispositif







Contexte et objectifs :
La Mopa fait aujourd’hui le constat d’un essoufflement de la démarche Marques de Pays sur certains territoires aquitains. Au bout d’une dizaine d’années d’existence, nous nous apercevons que la démarche n’est pas toujours déclinable à l’identique d’un territoire à un autre. L’animation régionale doit alors donner lieu à une véritable animation territoriale prenant en compte les spécificités locales.
Le dispositif vise alors à accompagner les territoires dans leur réflexion de développement des circuits courts notamment dans la restauration traditionnelle et plus largement dans l’offre touristique.

Les objectifs de ce dispositif sont :
- Accompagner les territoires dans la réflexion d’un projet de développement des circuits courts dans la restauration (Marques de Pays ou autre projet) et plus globalement dans l’offre touristique
- Impliquer et fédérer l’ensemble des partenaires et acteurs de la démarche
- Engendrer une réelle appropriation du territoire et inciter à innover
- Pérenniser la démarche
Le dispositif permettra de mettre en cohérence les besoins et attentes des différents acteurs de la démarche : producteurs, restaurateurs, consommateurs et partenaires institutionnels.
Il permettra de mettre en place un projet fédérateur sur le territoire avec les partenaires et prestataires associés mais également entre territoires voisins, qui peuvent avoir un projet commun.


Points essentiels avant d’engager la réflexion
- s’assurer que le territoire est potiellement propice au développement des circuits courts
- produit(s) identitaire(s)
- produits sous SIQO
- exploitations agricoles en vente directe
- réseau de producteurs
- avoir défini l’agritourisme et les circuits courts comme axe de développement du territoire.
- disposer d’un poste d’animateur – développeur qui puisse consacrer du temps à cette mission

Les différentes étapes

Etape 1 : Organisation territoriale
- définition du périmètre d’intervention
- volonté politique pour la mise en place de ce dispositif
- quelle gouvernance
- quelle organisation territoriale
- quel(s) partenaire(s) solliciter

Etape 2 : Etat des lieux du territoire
- état des lieux de l’offre
- produits du terroir
- producteurs
- restauration
- hébergement (Gîtes de France, Bienvenue à la Ferme…)
- sites (Accueil à la ferme, musées, boutiques collectives, maisons de promotion de produits agricoles…)
- évènements (fêtes, foires, marchés, marchés de producteurs…)
- réseaux d’agritourisme (Bienvenue à la Ferme, Idoki, route…)
- état des lieux de la demande (demande des consommateurs de manière générale et locale)
Lors de ces deux premières étapes, le territoire agit en autonomie en compilant des données déjà existantes. Il veille aussi à identifier les acteurs et les partenaires à solliciter pour la participation au groupe de travail et de créativité, pour assurer une meilleure implication.

Etape 3 : Diagnostic
- Forces - Faiblesses – Opportunités - Menaces
- Définition des axes stratégiques de développement et des partenaires à solliciter pour les groupes de créativité
A l’issu de ces étapes, il serait conseillé de réunir les partenaires concernés afin de faire le point sur l’avancée et éventuellement réajuster le contenu.

Etape 4 : Constitution de groupe(s) de créativité
Par le biais d’un brainstorming préparé et encadré, cette séance de travail a pour objectif de faire émerger des idées nouvelles et partagées par l’ensemble du groupe

Objectifs du groupe de créativité :
-  Impliquer les acteurs concernés
-  les faire réfléchir ensemble à des pistes de développement
-  proposer un panel d’actions-pistes... sans aucune censure
La séance est menée de façon à faire émerger des idées nouvelles réalisables ou non. Toutes les personnes présentes sont invitées à prendre la parole de façon à avoir le plus de contenu possible. Une animation préparée avec des outils réfléchis et adaptés (post it, cartes...) contribueront à la réussite de la séance de créativité.

Etape intermédiaire :
Entre la phase de créativité et la phase d’écriture du plan d’action, il y a une étape obligatoire qui consiste à retravailler le contenu de la séance de créativité.
La production brute n’est jamais diffusée en l’état, elle doit être retravaillée par l’animateur du territoire.

Etape 5 : Ecriture du plan d’actions
- Présentation des axes de développement (objectifs, missions, acteurs, cibles, moyens) et du plan d’actions (par axe, par objectifs, identifier les actions (parties prenantes, phase, coût, échéancier) défini par le biais du groupe de créativité
- Présentation d’un calendrier opérationnel
- Présentation des rôles de chacun des partenaires

Les territoires engagés

La phase test du SLAG a été initiée au printemps 2012 avec trois territoires désireux de se lancer dans ce schéma accompagné par la Mopa. Ainsi les Offices de Tourisme du Val de Garonne (47), Oloron Haut Béarn (64) et Cœur de Béarn (64) seront les premiers à mettre en place le SLAG sur leur territoire.
Les motivations d’investissement dans le SLAG diffèrent d’un territoire à l’autre.
- Val de Garonne a été l’un des premiers territoires à développer les Marques de Pays mais après quelques années la démarche s’est essoufflée, en cause : les restaurateurs qui ne jouaient plus le jeu, une animation locale qui manquait de ressources et le renforcement des critères qualité qui ont imposé de “faire le tri”. L’animatrice des Marques de Pays a décidé de repartir à zéro dans la démarche avec des bases solides, une motivation plus saine, des acteurs plus impliqués et en poursuivant une stratégie plus globale de développement des circuits-courts et d’Agritourisme.
Retrouvez un article du Sud-Ouest qui évoque le mise en place de ce dispositif sur le territoire.
- Pour les deux autres territoires, Oloron Haut Béarn et Cœur de Béarn, ce sont de nouveaux territoires qui souhaitent développer les Marques de Pays. De façon à assurer le développement optimal de la démarche sur le territoire et en assurer la pérennité, il a été vivement conseillé à ces deux territoires d’utiliser le SLAG comme outil de réflexion, de méthodologie et d’accompagnement par la Mopa

Le SLAM, proposé dans le cadre de l’appel à projet de la DRAAF pour 2012

La DRAAF (Direction Régionale de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt) Aquitaine a lancé pour 2012 un appel à projet dans le cadre du Plan National de l’Alimentation.
La Mopa, au travers de sa mission Marques de Pays a déposé un dossier concernant plus précisément l’axe IV : "Préserver et promouvoir le patrimoine alimentaire et culinaire français" qui a été retenu par la DRAAF !

Par le biais du Schéma Local, la Mopa propose aux trois territoires test (Val de Garonne, Val d’Albret et Coeur de Béarn) une méthodologie, des outils, un savoir faire et une expertise extérieure pour le développement des Marques de Pays et au delà, la valorisation des produits locaux dans la restauration commerciale.
Par expertise extérieure, la Mopa entend faire intervenir un consultant externe pour animer des groupes de créativité sur les 3 territoires. L’objectif est de faire émerger des idées nouvelles et surtout d’impliquer tous les partenaires du projet de façon à le pérenniser.


Mopa 60-64 rue Joseph Abria, 33000 BORDEAUX - mopa@aquitaine-mopa.fr
T. 05 57 57 03 88 - F. 05 57 57 03 85 - Plan Google Maps